M.Y



Dispositifs, Artworks,
Perfs et Mots.

CV | Resume

Curatrice, artiste et chercheuse en arts et philosophie.

Doctorante à la Villa Arson / Université Côte d’Azur (EUR CREATES).

Fondatrice du collectif Black(s) to the Future.

Née en 1990
à Cotonou, Bénin.

Vit et travaille entre Nice et Paris, France.

Dotée d’un avatar, M.Y.



 ︎ / ︎
Curation
_______________________________________________________________________________________________


MEDIUM(S) / 2018-2019

Partant de la formule d'Arthur C. Clarke ––– "Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie" ––– MEDIUM(S) est un dispositif curatorial (module pédagogique, exposition, édition augmentée) visant à brouiller les pistes de ce qui s'opposerait au "réel", du virtuel au surnaturel. Nourri d’afrofuturisme, il questionne en outre l’acte curatorial en tant que manipulation et le statut de l’écran comme objet d’art. 

Avec, sur 4 accrochages distincts (du 7 février au 28 mars 2019) : Kwesi Abbensetts, Ali-Eddine Abdelkhalek et Emile Barret, Ndoho Ange, Ingrid Baars, Raphaël Barontini, Marie-Mam Sai Bellier et Clément Lemaire, Vincent Chevillon, Jim Chuchu, Romain Cieutat, Tifaine Coignoux, Maya Deren et Alexander Hammid, Jonathan Dotse, Kodwo Eshun, Odendaal Esterhuyse, Louis Henderson, Alexandre Ikihide, Selly Raby Kane, Kyo Kim, Kendario La’Pierre, Emo de Medeiros, Wendy Morgan, M.Y, Clara Noseda, Nkiruka Oparah, Uriel Orlow, Nicolas Pirus, Sun Ra, Tabita Rezaire, Mirella Riccardi, SHRBR RPXR, El Popo Sangre, Momoko Seto, Justine Villermet, Elise Voët, Elete Wright, Ezra Wube + des interventions et workshops de Manuela de Barros le 10/10/2019, Pascal Bauer le 15/10/2019, Vincent Chevillon le 31/10/2019, Meriem Chabani (collectif New South) les 12-13/11/2019 et Jonathan Dotse le 17/12/2019 + des performances du collectif Black(s) to the Future (Fallon Mayanja, Josèfa Ntjam, Nicolas Pirus, M.Y), Chrys Aslanian, Crystallmess et Nina Queissner + des contributions éditoriales de Amandine Nana, An Duplan, Nicolas Pirus, Nina Queissner, Raadio Cargo (Aurélia Nardini et Chrys Aslanian), Seumboy Vrainom et M.Y.

>>> Projet lauréat de l’appel à résidence curatoriale (6 mois) de LA BOX _ENSA Bourges.
>>> Archivage et résidence parallèle via la plateforme archipels.org  : #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8.

Réalisé avec l’assistance de Nicolas Pirus + des étudiant.e.s de l’ENSA : Anthony Bijou, Charlotte Chicot, Mateo Calderon, Tifaine Coignoux, Iona Colombani, Maeline Li, Kyo Kim, Margot Marechal, Laetitia Musaniwabo, Clara Noseda, Laetitia-Adriana Colonna de Leca, Sybille Raffort, Justine Villermet, Elise Voët.








EAU PALIMPSESTE / 2018

Organisé autour de la double exposition de l’artiste Julien Creuzet* et sur son invitation, EAU PALIMPSESTE est un cycle curatorial prenant source à ces histoires d’eau entre nous. Cinq occasions d’inviter artistes et cherche.ur/se.s à insuffler, en / pour une soirée, un espace collectif où l’on s’essaierait autrement à la bienveillance. A l’instar d’une Zone Autonome Temporaire négociée, en ce qu’elle supporte de s’associer, un temps, à l’Institution : la curation devient prétexte à d’inenvisagés entre-soi où public, artistes et oeuvres incantent au gré, de nouvelles narrations.

Avec : Fallon Mayanja (23.01.18 | I.e. « Emules-appâts ») ; Pascale Monnin et Celia Sadai + Bocar Niang (08.02.18 | Lanmè a gwonde : à nos fantômes résistant-e-s. // SANG) ; Feda Wardak et Emanuele Coccia + Inès Di Folco (01.03.18 | Acrimonia lacrimalis : l’èbe des eaux amères. // SALIVE) ; Nana Adusei-Poku et Daniela Yohannes + Josèfa Ntjam (20.03.18 | Jusqu’au lait du rire : cu(rat)ing dark streams. // LIQUEURS) ; M.Y et Tabita Rezaire + Olga Mouak (14.04.18 | H2O 3.0 : floating and flooding across fluidity. // SUEUR).


>>> Curatrice invitée à la Fondation Ricard pour l’art contemporain (22 janvier - 19 février 2018).
>>> Curatrice invitée au centre d’art et de recherche Bétonsalon (24 janvier - 14 avril 2018)

*: « Toute la distance de la mer, pour que les filaments à huile des mancenilliers nous arrêtent les battements de cœur. - La pluie a rendu cela possible (…) » et « La pluie a rendu cela possible depuis le morne en colère, la montagne est restée silencieuse. Des impacts de la guerre, des gouttes missile. Après tout cela, peut-être que le volcan protestera à son tour. – Toute la distance de la mer (…).







Recherche
_______________________________________________________________________________________________


Poïéthiques afrofuturistes. Collage, assemblage, indiscipline : alternatives.  / depuis 2019

Doctorat (PhD) en Art | Sous l’encadrement de Nadia Yala Kisukidi (Paris 8 / LLCP), Sophie Orlando et Jean-François Trubert @ Villa Arson / Université Côte d’Azur, École Universitaire de Recherche Créativité, Représentations, Émergences, Arts, Temporalités, Éco-systèmes et Sociétés (EUR CREATES).

Mon sujet concerne le parcours de formes et protocoles (en particulier afrofuturistes), associant renouvellement syncrétique des canons esthétiques (notamment via la pratique du collage) à de fortes motivations éthiques (articulées à la notion d’assemblage), dans la perspective du déploiement de stratégies d’émancipation collectives, à la fois artistiques et conceptuelles (et ce de façons indisciplinées, par-delà les notions de pluri- et trans-disciplinarité). Ainsi, j’ambitionne de contribuer à l’ouverture et la valorisation de propositions méthodologiques créatives, alternatives (que je nomme “poïéthiques”) ayant trait aux questions identitaires intersectionnelles, ainsi qu’à des problématiques technologiques, écologiques et prospectives, ou autrement dit commune-aux-terres.


1. Sol in the Dark est un court-métrage entre clip et manifeste curatorial, à l’instar d’une exposition « en mouvement ». S’intéressant aux relations de l’art contemporain au mainstream (de la pub au rap français, des réseaux sociaux à la mode), il aborde la question des « communautarismes virtuels » et autres postures d’émancipation / habitus représentationnels, propres à de jeunes générations urbaines, queers, afropéennes et au-delà.

2. Nous sommes né.e.s au milieu de la mer est une pièce curatoriale, à contrepied des clivages entre scénographie d’expo et mise en scène, installation d’art monumentale et danse contemporaine. Tirant son origine d’une réflexion sur la solitude et la somatologie, elle interroge le statut de l’’incarnation sensible à l’ère d’une société toujours plus digital.isé.e. Et réciproquement : quelles (inter)dépendances entre biopolitiques, technologies et création ?

3. The Fire Next Time est une exposition s’appuyant sur des méthodes propres au design d’interaction afin de dévoiler des dispositifs de pouvoir liés à l’art contemporain. Intéractive et dystopique, elle explore la manière dont privilèges individuels, réalisme capitaliste, « big data », média.tisa.tion par l’écran et politiques identitaires se déploient au sein des espaces de monstration artistiques, contribuant à la normalisation de nos imaginaires.


(Ce contrat doctoral poursuit le projet d’une autre thèse entamée en 2018-2019 en Philosophie au sein de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis / LLCP , intitulée ’Afrofuturismes : une philosophie de l’étrange(r). Perspectives éthiques et Esthétique.’, co-direction : Guillaume Sibertin-Blanc et Nadia Yala Kisukidi.)






Black(s) to the Future / depuis 2015

Collectif | Avec Fallon Mayanja, Joséfa Ntjam et Nicolas Pirus. www.blackstothefuture.com

B(S)TTF est un collectif de recherche expérimentale et artistique, pour une vision alternative, durable et décomplexée du monde et ses dimensions afro-connexes. À la fois médium et média, B(S)TTF crée des espaces d’exploration créative alliant expérimentation, singularité(s) et prospective. Nourri d’afrofuturisme, comme esthétique, philosophie et outil de métamorphose, voire de réenchantement possible du monde : B(S)TTF évolue au gré des rencontres, des opportunités, des interférences. Aussi, laissant grande place à l’intuition, les formats, dispositifs et situations que nous imaginons, produisons et proposons sont-ils avant tout manifestes des liens qui nous tissent en une constellation d’affects.
>>> Mise en place de deux éditions du « B(S)TTF-Festival » (2-3 juill. 2016 / 16-17 sept. 2017) au Petit Bain : une manifestation pluridisciplinaire associant conférences-débats, ateliers créatifs, exposition, performances artistiques, chorégraphiques ou de théâtre, musique, fooding, mode, soirée clubbing... sur invitation/production directe d’artistes, penseurs, collectifs et marques (17 puis 43) et de structures alliées comme : Khiasma, Africultures, Belleville-en-vue, La Colonie, Le Comptoir Général, etc. Soutenue par la Mairie de Paris, la première édition s’envisageait comme une initiation à l’afrofuturisme par la mise en dialogue renouvelée d’artistes d’avant-garde d’Afrique et d’Europe. La seconde, entièrement auto-financée, entendait elle poser les bases possibles d’une communauté temporaire, alternative, trans-culturelle, hybride et vivante.

>>> Collaborations et marques d’intérêt : Queer Week (2018), Université de Strasbourg, en partenariat avec le F.R.A.C. Lorraine et l’Artothèque de Strasbourg (2017-2018), MAC/VAL, Espace Khiasma (2017), Musée du Quai Branly - Jacques Chirac (2016) ; TV5Monde (journal télévisé le “64Minutes”, du 10 dec. 2017) et France Culture (émission “Les Nouvelles Vagues”, du 16 dec. 2015), ARTE (reportage “Tracks”, du 12 jan. 2017) ; Fondation Lafayettes-Anticipation et l’Institut Français (présentations du projet 2017) ; réseau #BLACKLIVESMATTER (‘Black Future Month’ 2017).





Situations / Production
_______________________________________________________________________________________________


« XWLA » / A VENIR

Le projet de centre d’art et d’expérimentation de Xwla au Bénin, s’inspire du modèle des « friches culturelles ». En vue de redessiner la carte culturelle et citoyenne d’un territoire urbain en mutation, l’idée est d’impulser en Afrique de l’Ouest : • un nouveau « sens urbain » c’est-à-dire une médiation pratique par acculturation plutôt que par confrontation et le développement de nouveaux usages solidaires • une géographie culturelle nouvelle en lien direct avec son héritage régional, patrimonial, écologique, artistique et historique • un renouveau économique par l’association de différents pôles (commerces, restauration, espaces de travail partagés... dégageant des fonds au profit d’activités « pauvres » comme la résidences d’artistes par exemple) • une (ré-)création généralisée, d’une certaine idée de l’art relationnel à une pluridisciplanirité élargie : beaux-arts, design, fooding, musique, danse... | Equipement culturel

>>> Phase prospective : projet en cours d’écriture.




Bright Mirror / 2019

« Bright Mirror invite à la scénarisation collaborative d’imaginaires positifs, pour façonner le monde que nous souhaitons léguer aux générations futures. » | Consulting

>>> Conception / Programmation de la 1è édition du “Bright Mirror Africa” sur le thème de l’eau en 2055 en Afrique, en partenariat avec Usbek & Rica / The Future Society.

Evénement simultané le 9.01.19 à O'Village (Abidjan), Jokkolabs (Dakar), Eyram Aku (Accra) et Hasard Ludique (Paris). Porté par Bluenove (Kristy Anamoutou, Btissam Chgoura, Hajar Chokairi).





Lieu Fétiche / 2017-2018

« Supercontinent est un projet d’équipement culturel Parisien interrogeant notre devenir au travers de toutes les créations ayant l’Afrique pour sujet. » | Consulting

>>> Ingénierie culturelle pour la création d’un centre d’art à Paris (Appel à projet Réinventer Paris, site de La Marseillaise / Surface : 7 000 m2. / Statut concours : Phase 2. / www.supercontinent.fr

Porté par Solène Assouan & Thomas Charil (Superlune) ; avec Jean-Luc Baillet, Alain Bidjeck (C.C.A.), Clémentine Dramani-Issifou (Äfrotopiä), Oulimata Gueye (Xam Xam).





Artefact. / 2012-2014 

Journal extime collaboratif, entre fanzine, et revue léchée, rendant compte d’une tendance à l’ir-référence au cœur d’un processus de gribouillage du réel, intuitif et parfois intelligent. | Revue papier

>>> Dir. artistique et de publication. Avec Franz Dureigne (maquette) et 15 artistes invités. Impression co-financée par les FSDIE des Universités Paris VIII et Paris III. / 300 exemplaires





Les Hologrammes / 2013-2014

Raout, install’exposition et cérémonie païenne. | Collectif artistique

>>> Co-curation et gestion admin. et financière + réalisation de vidéos et performance in situ pour l’exposition ‘Le Cabinet du Professeur Prétorius’ @ la Flaq (Paris). / 250 visiteurs. Aux côtés de Clara Chalou, Angélique de Chabot et Constance de Grimoüard.
DIAKOL O.H.G.A / EN COURS

Diakol est une architecture d’édition multimédia communautaire. Il intégre le traitement automatique de la parole et permet d’intervenir par écrit mais aussi oralement, à partir d’un corpus texte de référence, sur différents types de contenus / supports / formats y afférant. De façon intuitive, chacun.e est invité.e à augmenter un corpus source selon ses connaissances, besoins et centres d’intérêt. Le choix de l’Histoire Générale de l’Afrique (projet UNESCO) comme application pilote se veut symbolique de l’usage du dispositif pour aider à restaurer/sauvegarder des structures vitales de notre humanité. Pour autant, ce principe d’édition / oralisation peut s’appliquer à tout ensemble d’écrits existant, permettant à l’Intelligence Artificielle de développer son propre apprentissage linguistique. | Génie logiciel

>>> Seconds finalistes du prix Créateur Numérique 2016 de la Fondation Jean-Luc Lagardère. | P.O.C. © Patrick & Mawena Yehouessi (Association A’Part).




kafar / 2018-2019

Tissu composite de prose et poésie, essais, clips, photogrammes et art contemporain... en une manière de complexifier-multiplier-démistifier nos relations au Noir, politique, esthétique et philosophique. | Revue

>>> Dir. artistique et maquette. Projet initié par Nadir Khanfour (Dir. de publication). Impression co-financée par l’ENSAPC, le CROUS de Versailles et la Ville de Saint-Denis. / 150 exemplaires




MUANCES /  2015-2017

Série d’entretiens réunissant de manière intuitive ou spontanée, deux personnes –– créatifs, penseurs, curateurs, activistes... –– autour d’une citation / référence / ensemble ou thématique, via Skype. Ces discussions ont lieu au moins deux fois sur une année, chaque rendez-vous durant en moyenne entre 2 et 3 heures ; j’y officie comme un narrateur omniscient mais silencieux, enregistrant en temps réel mon écran partagé entre les deux interlocuteurs. De ces rencontres et conversations, l’idée est alors de réunir, en une cinématographie-fleuve, un tissus de paroles et postures, pour témoignages dématérialisés mais incarnés, d’airs du temps passés / présents / futurs. | Recherche

Personas : Yves Murangwa + Ytasha Womack (2015 - 2016) ; Emo de Medeiros + Nadia Yala Kisukidi (2016 - 2017) ; to be continued...




La Culottée / 2012-2013

Soirées LGBTQ friendly réunissant sets électro, musiciens live et art (expositions / VJ-ing). | Clubbing

>>> Co-création de l’association et organisation des deux premières soirées @ La Rotonde (Paris). / 2 x 750 participants. Aux côtés de Yoann Beaudet et Claire Mignerey.